Maya - Citadelle

Découverte d’une citadelle Maya dans la forêt du Guatemala

   C’est dans la forêt située à la frontière entre le Guatemala et le Belize, sur le site archéologique d’El Pilar, qu’a été mise au jour une construction Maya que les archéologues surnomment et définissent comme « une citadelle ».
   Cela fait maintenant une trentaine d’années que l’archéologue Anabel Ford explore et étudie le site archéologique d’El Pilar, une ville Maya située à la frontière entre le Guatemala et le Belize, dont la superficie est d’environ 2.000 hectares. Mais si de nombreuses constructions y ont été découvertes, jamais une construction telle que cette « citadelle » n’avait encore été mise au jour.
   Car la découverte d’Anabel Ford et de son équipe est bel et bien unique. « Nous avons découvert un tout nouveau composant de la plus grande place qui ne répond pas à toutes les attentes traditionnelles. Elle n’a rien en commun avec les centres Mayas classiques : la place n’est pas ouverte, elle est perchée au sommet d’une crête, isolée des autres constructions d’El Pilar et dotée de fortifications. À l’intérieur de ses murs, quatre temples ainsi que des terrasses concentriques », explique l’archéologue.
   Surnommée et définie comme une citadelle, cette découverte a été rendue possible grâce à un survol aérien où un LIDAR (Light Detection and Ranging) était embarqué. Un LIDAR est un système de télédétection aérienne utilisant une technologie laser qui pénètre la végétation et la forêt épaisse qui recouvre les objets et les structures. Plus simplement, c’est un moyen de voir à travers la forêt pour révéler des choses invisibles à l’œil nu. Ainsi, les ruines de la citadelle recouvertes par la végétation ont pu être mises à jour, à environ 600 mètres des autres constructions d’El Pilar.

16858106406 72ebb785bc o
Des ruines de la citadelle – BRASS/El Pilar
   C’est désormais l’heure des questions pour Anabel Ford et son équipe. « Quelle est son origine ? Quand a-t-il été construit ? Comment était-il utilisé ? Pourquoi était-il isolé ? » Une première hypothèse sur sa date d’édification évoque une construction postérieure aux autres du site, vers l’an 1 200 de notre ère, alors que les autres constructions d’El Pilar datent d’entre 200 et 1 200 de notre ère, durant la période dite « classique de l’ère Maya ».
Source : populararcheology
Par David

Source : sciencepost.fr, le 31 mai 2015

Ajouter un commentaire