Grèce - tombeau

De nouvelles dépouilles découvertes dans le tombeau d’Amphipolis

   Le tombeau d’Amphipolis, en Macédoine, continue de faire frémir les archéologues. Découverte en août 2014, la sépulture révèle aujourd’hui de nouvelles informations sur les corps exhumés. Les hypothèses les plus folles y verraient le tombeau d’Alexandre le Grand.
   Le ministère de la Culture a annoncé lundi à Athènes que cinq squelettes ont été exhumés du tombeau d’Amphipolis grâce à de nouveaux ossements récemment découverts. Deux de ces corps correspondent à des hommes âgés de 35 à 45 ans, alors qu’un troisième est celui d’une femme âgée de plus de 60 ans. Au total, 550 ossements ont été exhumés de la sépulture, mais les analyses ne résolvent cependant pas l’énigme de l’identité des dépouilles et font l’objet de toutes les spéculations.
   Une découverte majeure après les nombreuses autres réalisées. Au cours des derniers mois, les archéologues ont en effet mis en évidence des sphinx sans tête, des gardiennes en marbre et dernièrement une mosaïque exceptionnelle. Le tombeau étant lui enserré dans une enceinte en marbre de 500 mètres de circonférence et mesure 30 mètres de hauteur. C’est l’ouvrage « pour lequel fut utilisée la plus importante quantité de marbre jamais employée en Macédoine antique », selon le ministère de la Culture grecque.

   Les nouvelles découvertes font penser aux archéologues qu’un personnage important de l’Histoire est enterré là, ce qui attise la curiosité des touristes venus nombreux contempler le tombeau d’Alexandre le Grand. En effet, la localisation du tombeau, en Macédoine où a régné Alexandre Le Grand (356-323 av. JC), fait naître tous les fantasmes. Les archéologues avancent qu’il s’agirait de la tombe d’un membre de la famille royale du conquérant. Roxane, l’épouse perse d’Alexandre le Grand, Olympias la mère du roi, ou l’un de ses compagnons et généraux.
   Les chances que le tombeau soit celui d’Alexandre lui-même paraissent quasi-nulles. Mort à 32 ans à Babylone, sa dépouille aurait été inhumée à Alexandrie, en Égypte. Le mystère reste donc entier.
Par Alexis Chavetnoir

Source : sciencepost.fr, le 25 janvier 2015

Découverte d’un tombeau lié à Alexandre le Grand

L’ancien berceau de l’empire d’Alexandre le Grand réserve encore des surprises pour les archéologues. Une immense tombe a commencé à être fouillée, après sa découverte au mois d’aout 2014 sur le site d’Amphipolis, à quelque 100km de la ville de Thessalonique, dans le nord de la Grèce, là où se trouvait la Macédoine Antique. La sépulture attise diverses spéculations alors que les fouilles ne sont pas terminées.
La tombe découverte serait un monument daté entre 325 et 300 avant J.C. L’aspect de la tombe laisse penser qu’elle fut construite à destination d’un personnage important. Il apparait très peu probable que ce soit le tombeau d’Alexandre le Grand (356-323 av J-C). En effet, le monarque serait mort à Babylone en l’an 323 et enterré à Alexandrie, ville d’Égypte qu’il aurait fondée. Cependant, des indices laisseraient croire qu’un de ses proches serait le personnage de marque pour qui le tombeau fut construit. Il s’agit d’une trouvaille importante dans cette région moins connue des archéologues que les régions du sud de la Grèce, berceau des découvertes majeures depuis les années 70.
Les archéologues ont mis au jour une enceinte de marbre d’environ 500 mètres et jointe par une voie antique de quatre mètres de large. Un lion est visible sur le sommet de l’enceinte tandis qu’une première entrée est gardée par deux sphinx à qui l’on a coupé la tête. Plus loin, une seconde entrée comporterait deux cariatides, statues de femme remplaçant généralement des colonnes, dont une serait restée intacte. Ces deux femmes auraient chacune un bras tendu comme pour bloquer symboliquement l’accès à la tombe. On note la présence abondante d’ornements et de mosaïques alors que les statues évoquées plus haut ont toutes été fabriquées en marbre de l’île de Thasos.

Cariatide amphipolis 2822633 jpg 2457021 652x284
L’une des deux cariatides dégagées à Amphipolis – Ministère Grecque de la Culture
« Il s’agit certainement d’une tombe datant d’après le décès d’Alexandre mais on ignore à qui elle appartient », explique Katerina Peristéri, archéologue grecque à l’agence de presse grecque Ana
Les deux cariatides laissent toutefois penser que le mort est une femme, alors que le sphinx est connu pour être un symbole associé aux reines macédoniennes. Les hypothèses se multiplient : il pourrait s’agir de la mère d’Alexandre, Olympias, ou de sa femme Roxanne. Les experts n’excluent pas que ce soit son fils, exécuté avec Roxane sur l’ordre du roi Cassandre en 311 avant J-C. Enfin, il pourrait s’agir d’un des importants généraux d’Alexandre.

Les fouilles se poursuivent et pourraient assurément répondre prochainement à cette question qui reste en suspend.
Sources : Le Point – L’Express
Par Yohan Demeure

Source : sciencepost.fr, le 22 septembre 2014

Ajouter un commentaire