docodontes

Découverte de deux fossiles de mammifères étonnamment développés au temps des dinosaures

Fossiles protomammiferes
– Crédits photo : Zhe-Xi Luo, University of Chicago

 

   Les fossiles de deux nouveaux mammifères vivant sur Terre il y a 160 millions d’années ont été découverts. La particularité de ses fossiles : leur étonnante adaptation à l’environnement qui les entoure. Le premier était un mammifère arboricole (vivant dans les arbres), et le deuxième était un mammifère fouisseur (vivant la plupart du temps sous terre).
   Chronologiquement, les premiers dinosaures apparaissent sur Terre il y environ 230 millions d’années. 20 millions d’années plus tard, c’est au tour des mammifères (les mammifères sont un groupe d’animaux vertébrés qui nourrissent leurs petits avec du lait produit par les glandes mammaires des femelles). La découverte des deux fossiles de docodontes (un ordre de proto-mammifères du milieu du Mésozoïque connus pour leur denture reconnaissable) nous permet de mieux comprendre la capacité d’adaptation des mammifères à évoluer dans un milieu naturel. Ces animaux ont développé des caractéristiques particulièrement adaptées à leur environnement afin de pouvoir combler leurs besoins primaires d’alimentation, de protection et de reproduction. Ce qui varie, c’est la façon dont chaque mammifère s’y prend.
   Le premier fossile étudié est un Agilodocodon scansorius, le plus vieux mammifère arboricole connu à ce jour. Selon le paléontologue chinois Qing-Jin Meng, sa dentition particulière s’est adaptée au besoin de l’animal afin qu’il puisse se nourrir de la sève des arbres. La seconde créature est un Docofossor brachydactylus, un mammifère doté de pattes courtes lui permettant de creuser. C’est également le premier mammifère fouisseur connu.
   C’est grâce à leur capacité d’adaptation que les mammifères se trouvent presque partout sur la planète, dans une variété de formes et de tailles. C’est l’adaptation qui leur a permis d’habiter la terre, la mer et le ciel. Tous les mammifères ont les mêmes besoins fondamentaux, qui sont comblés par des adaptations. Ils doivent se protéger des ennemis, stocker de l’énergie, se reproduire et se prémunir contre les intempéries.
Sources : Science (bis), Journal de la Science
Par Alexis Chavetnoir

Source : sciencepost.fr, le 17 février 2015

Ajouter un commentaire